Rechercher

Les enfants de la République du Dahomey. Portrait d'Armist D.

Mis à jour : févr. 25

Pour ce nouveau voyage, je vous invite au Bénin à la rencontre de mon amie, Armist. Parfois, on rencontre des gens qui nous ressemblent et ça nous fait du bien. Après moultes conversations de vie, je découvre une femme qui aime les livres. Notre choix s'est naturellement dirigé vers les manuels scolaires. Pas n'importe lesquels, ceux qui touchent à l'apprentissage. Voici comment est né... Cours préparatoire à l'École Primaire Privée les Nîmes de Gbegamey.

Faisons connaissance avec Armist... On m'appelle Armist D. Je suis béninoise et je vis à Cotonou. J'ai 31 ans et une fille. Je suis passionnée de voyages et de lecture. Ces deux activités me permettent de découvrir les cultures d'ici et d'ailleurs et de développer/d'affiner mon ouverture d'esprit.

Est-ce difficile de trouver des produits artisanaux pour enfants? Au Bénin, peu de choses sont artisanalement créées pour l'épanouissement des enfants. Hormis les tendances de poupées (enfin) noires, il ne se passe pas grand chose. Ce marché peut être plus florissant que ça. Et il faut dire qu'avec l'avènement des chinois sur le marché africain, il est facile d'acquérir des chinoiseries à vil prix. On tue l'artisanat à petit feu. L'offre ne répond plus à la demande.

L'artisan est peu valorisé, il est temps que ça change! Le Bénin étant un pays de littéraires, j'ai pensé de facto aux livres lorsque nous avons entamé notre collaboration. En trouver a été un peu difficile, ça a demandé beaucoup de recherches, étant donné que ce sont des livres "collector". Même s'ils ne sont plus au programme actuellement au Bénin, ces livres ont fait mon apprentissage depuis le cours d'initiation. Je suis même reconnaissante vis à vis de ce Monsieur qui vend ces anciens livres, de les avoir si bien conservés. Résumé de ma ronde, il est le seul à en avoir. J'ai eu des réactions comme "qu'est-ce que tu veux en faire ?", "Ce sont des vieux livres". Pourtant on ne peut pas construire le futur sans l'apprentissage du passé.

Quelles sont les contraintes rencontrés lors ? Pour la majorité des parents au Bénin, acheter un livre qui n'est pas au programme, n'a pas de

sens. Ils ne voient pas l'utilité. Peut-être au fond d'eux, ils voudraient bien mais ce n'est pas la priorité. On apprends aux enfants à aimer des objets électroniques jetables. Moi j'ai eu la chance de grandir au milieu des livres et je continue de m'évader ainsi grâce à ma fille. 

La plus grosse contrainte est de changer les mentalités.

Ce n'est jamais une perte d'argent ou de temps, de faire découvrir un livre ou à un enfant.

Un enfant qui lit est un adulte qui pense, n'est ce pas?

J'espère que ces livres vous donneront les mêmes frissons que j'ai eu, 25 ans plus tard en les feuilletant.


Merci Armist.

Nous sommes donc heureuses de vous présenter ces quelques livres APPRENONS À LIRE, J'APPRENDS À LIRE & LES AVENTURES DE FINAGNON 4 déniché par Antoine, libraire de rue.


0 vue

En savoir plus sur

Made By Scottie 

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon

Abonnez-vous à notre

Newsletter & 

aux réseaux sociaux

© 2023 by Alphabet. Proudly created with Wix.com